A visage découvert sur les Zinternettes

La première des raisons m’ayant poussé à ouvrir ce blog, est d’avancer à visage découvert et en mon nom sur Internet.

Après plusieurs années de présence sur Twitter, Facebook, et de nombreux blogs, planqué derrière un pseudonyme insignifiant, la décision n’a pas été aisée à prendre, car impliquant bon nombre d’interrogations, notamment au niveau de la maîtrise de mon identité numérique.

A vrai dire, la construction de cette dernière ne se présente pas aujourd’hui à moi comme une nécessité. Je gagne ma vie en donnant des cours d’informatique, je suis indépendant, et dans l’état actuel des choses, mon image sur le net (points de vue, opinions, fautes de goût humoristique, ou autres indicateurs de personnalité) ne peut avoir que très peu d’impact sur d’éventuelles opportunités professionnelles.

Alors, à quoi bon prendre une telle décision, me direz vous.

La réponse me semble aujourd’hui évidente. La jonction entre mon identité réelle et virtuelle est bel et bien nécessaire. Les deux me semblent indivisibles, et continuer à utiliser un pseudonyme sur Internet en est presque devenu aliénant.

Je m’explique.

Lors de l’inscription sur un média social, le premier choix à faire est celui du pseudonyme. Il est, et restera le principal élément constitutif de l’identité d’un utilisateur. S’en suivront le choix d’une image à associer à ce nom, puis l’utilisation de l’outil.

Pour ma part, comme vous l’aurez compris, j’avais opté à la fois pour un patronyme et un avatar ne me ressemblant ni de près ni de loin.

Ce fut donc le point de départ d’un jeu consistant à incarner un personnage fictif, à la fois par réflexe (parano d’internet, protection de son identité, vous connaissez la chanson), et par fantasme de liberté (grâce au virtuel, je pourrai enfin devenir celui que je ne suis pas)

J’ai donc, pendant près de 3 ans incarné une sorte d’être virtuel mystérieux, imprévisible et fou, baptisé Oncle Letour, sur Internet.

En près de 3 années, Oncle Letour a donc tué près de 40 chatons, 35 pandas, 12 dauphins, et 200 koalas. Il s’est donné la mort environ 10 fois, a kidnappé puis abattu plus de 500 extrémistes de tous bords, a pillé à de nombreuses reprises les stocks de nourriture des Restos du Coeur, et s’est heurté maintes fois à la connerie des « premier-degrétistes » chroniques qui sont à la liberté d’expression, ce que les grandes chaînes de restauration rapide sont à la prévention des risques cardio-vasculaires.

Bref, aujourd’hui, j’en ai plein le cul (bon ok, j’aurais pu faire un effort de langage sur ce coup-là). Entre temps, la lassitude a opéré, et le personnage a depuis bien longtemps rendu son tablier.

Je ne participe donc plus à aucune discussion sur Twitter ni sur Facebook. Je n’alimente plus mon blog depuis plus d’un an, j’ai cessé de me nourrir, perdu 40 kilos, sombré dans les drogues dures, je me suis inscrit dans un club clandestin de combat de rue, je ne bois que de l’alcool fort, et je me scarifie régulièrement pour punir l’immonde être bipolaire que je suis devenu.

Il faut donc que je me rende à l’évidence. Je dois me reconstruire, et ma rémission ne se fera pas sans passer par les étapes suivantes.

- Me trouver une religion

- Adhérer à un club de fitness

- Devenir végétarien

- Fonder une famille nombreuse

- Me trouver un coach personnel

- Porter des chemises quotidiennement

- Faire tous les jours le tour du voisinage pour savoir si personne ne manque de rien.

- Me créer un blog perso

Je vais donc pouvoir rayer la dernière étape de ma « toudouliste ». Pour le reste, on en reparlera peut-être dans une autre vie (Numérique? Qui sait?)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>